• Search

    Rapport Gerstein : le rapport Gerstein est fiable

    Ce contenu est également disponible en : English Español

    Le rapport Gerstein contient-il un si grand nombre d’allégations improbables qu’il ne peut être accepté comme élément de preuve ?

    Les négationnistes de la Shoah affirment que :

    Le rapport Gerstein contient tellement d’« absurdités et (de) contradictions » qu’il ne peut être considéré comme une preuve attestant de l’existence des chambres à gaz dans les camps d’extermination de l’opération Reinhard de Treblinka et Belzec. 

    Par exemple, Carlo Mattogno, un négationniste italien de la Shoah, affirme avoir recensé 103 contradictions, falsifications, erreurs factuelles, exagérations et déclarations irréalistes dans le rapport de Gerstein, ce qui fait que l’intégralité de ce rapport n’est pas fiable.[1]

    Les faits sont les suivants :

    Le rapport Gerstein n’est pas parfait. Gerstein s’est trompé dans la description des pièces des chambres à gaz, le nombre de Juifs tués dans les camps de l’opération Reinhard, et dans l’estimation du nombre d’effets personnels volés aux Juifs tués. Certaines de ses erreurs proviennent du fait qu’il a pris pour argent comptant les propos d’autres personnes. Cependant, le témoignage de Gerstein est cohérent en ce qui concerne le processus et la méthode d’extermination de masse utilisés dans les camps d’extermination de Treblinka et de Belzec.

    Objections des négationnistes de la Shoah au rapport Gerstein :

    Les négationnistes de la Shoah soutiennent que :

    • Entre les ébauches, Gerstein donna des chiffres différents concernant les dimensions des pièces des chambres à gaz à Belzec.
    • Gerstein indiqua qu’il y avait plus de pièces de chambres à gaz (8) à Treblinka qu’il n’y en avait (3) à l’époque où il déclara avoir observé le gazage de masse.
    • Les pièces des chambres à gaz, telles que décrites par Gerstein, étaient trop petites pour contenir les 700 à 800 personnes qui étaient, selon lui, entassées de force par les nazis dans chaque pièce.
    • Gerstein affirma avoir vu des piles de vêtements et de chaussures de 45 mètres de haut (environ 147 pieds) à Treblinka. Ceci est clairement impossible et remet en question la crédibilité de tout son rapport.
    • Gerstein estima le nombre de Juifs tués dans les chambres à gaz des camps de l’opération Reinhard entre 20 000 000 et 25 000 000, un chiffre tout simplement absurde.

    Pour les négationnistes de la Shoah, ces incohérences signifient soit que Gerstein a inventé son rapport pour obtenir les faveurs de ses geôliers, soit que les interrogateurs alliés de Gerstein l’ont torturé pour confirmer leur amas de mensonges.

    Examinons chacune de ces affirmations.

    Gerstein donna des chiffres différents concernant les dimensions des pièces des chambres à gaz :

    Gerstein a bien fourni deux jeux de dimensions pour la taille des chambres à gaz de Belzec. Dans les rapports n° 1 et n° 2, il écrivit que les dimensions des pièces des chambres à gaz étaient 4 mètres par 5 mètres par 1,9 mètre [13 pieds par 16,5 pieds par 6 pieds]. Dans le rapport n° 3, il donna des chiffres différents en indiquant 5 mètres par 5 mètres par 1,9 mètre (16,5 pieds par 16,5 pieds par 6 pieds).[2]

    Gerstein n’a pas précisé s’il avait réellement pénétré dans les pièces des chambres à gaz ou si ses chiffres se basaient sur les dires de quelqu’un. Toutefois, même si Gerstein avait pénétré dans les chambres vides ou avait pu voir dedans depuis le couloir, le fait d’essayer de deviner avec précision la taille d’une chambre ne peut que produire des résultats inexacts.

    Les rapports n° 1 et n° 2 traduisaient les premières impressions de Gerstein à propos de la taille des chambres. Peut-être que cette différence dans les chiffres n’est qu’une simple faute de frappe. Il est fort probable que Gerstein ait revu son estimation lorsqu’il tapa le rapport n° 3 en allemand. Nous ne le savons pas, mais, quelle qu’en soit la raison, ce n’est pas un problème majeur.

    Gerstein indiqua qu’il y avait plus de chambres à gaz (8) à Treblinka qu’il n’y en avait (3) à l’époque où il déclara avoir observé le gazage de masse.

    Gerstein écrivit : « L’installation [à Treblinka] était pratiquement la même, mais bien plus grande qu’à Belcec [sic]. Huit chambres à gaz et de véritables montagnes de valises, de vêtements et de sous-vêtements ».[3]

    Cette ligne dans le rapport de Gerstein est troublante. Gerstein visita Treblinka le 19 août 1942. Le 19 août, Treblinka utilisait toujours la chambre à gaz de petite dimension composée de trois pièces. Alors pourquoi Gerstein décrivit-il un bâtiment de grande dimension abritant la chambre à gaz, dont la construction commença environ 10 jours après sa visite et qui ne devint opérationnelle qu’environ 5 semaines plus tard ?

    Gerstein aurait sans doute entendu parler des projets de rénovation et d’agrandissement des chambres à gaz. A-t-il confondu le bâtiment plus petit qu’il avait vu avec le projet d’agrandissement ? Quelle que soit la raison de la confusion de Gerstein, cela n’altère en rien sa description, quant à elle cohérente, du processus global de gazage.

    Les pièces des chambres à gaz, telles que décrites par Gerstein, étaient trop petites pour contenir les 700 à 800 personnes qui étaient, selon lui, entassées de force par les nazis à l’intérieur de celles-ci.

    Gerstein écrivit : « Les gens se marchaient sur les pieds : ils étaient entre 700 et 800 personnes entassées dans 25 mètres carrés [82 pieds carrés], 45 mètres cubes [1 590 pieds cubes]. D’après mon estimation . . . la moitié était des enfants . . . Wirth avait raison : si les SS insistaient un peu, ils pouvaient faire rentrer 750 personnes dans 45 mètres cubes ! Et les SS les poussèrent à coups de cravache pour en faire entrer le plus possible. Les portes se fermèrent ».[4]

    L’expérience de Charles Provan :

    Charles Provan se demandait s’il était possible de faire rentrer entre 700 et 800 personnes dans une pièce de la taille décrite par Gerstein.[5] Il décida de faire le test lui-même. Il construisit une boîte en contreplaqué d’une surface au sol de 53 cm par 53 cm [21 pouces par 21 pouces]. La boîte avait un côté vitré, deux côtés en contreplaqué, un côté ouvert et un toit ouvrant. Il fut surpris par les résultats de son expérience.

    Provan arriva à la conclusion que deux jeunes adultes (de 27 et 34 ans), une septuagénaire et quatre enfants pouvaient rentrer dans la boîte sans difficulté. Ils portaient tous leurs vêtements normaux et arrivaient tous à respirer normalement. Trois enfants (âgés respectivement de 6, 4 et 2 ans) étaient assis aux pieds des adultes tandis que l’aîné des quatre enfants (âgé de 8 ans) et les trois adultes étaient debout. L’un des adultes tenait une poupée en guise de bébé.[6]

    Étendues à une pièce de 5 mètres carrés (environ 16 pieds carrés), les conclusions de Provan montrent qu’entre 700 et 800 personnes pouvaient être entassées dans une pièce de chambre à gaz, surtout compte tenu du fait que la moitié était des enfants d’après Gerstein. En outre, les participants à l’expérience de Provan étaient des Américains bien nourris, et non des Juifs nus au bord de la famine.

    L’affirmation de Gerstein selon laquelle il vit des piles de vêtements et de chaussures de 35 à 45 mètres (de 115 à 147 pieds) de haut est clairement impossible :

    Dans les rapports n° 1 et n° 2, Gerstein évoquait de « véritables montagnes de vêtements et de sous-vêtements de 35-40 mètres de haut » à Treblinka. Dans le rapport n° 3, cette affirmation se transforma en « véritables montagnes de valises, de vêtements et de sous-vêtements ».

    Dans ce cas, Gerstein se trompait. Gerstein visita Treblinka deux semaines avant que ce camp ne sombre dans le chaos, sous le poids des convois incessants en provenance de Varsovie, après quoi il a dû être fermé temporairement et nettoyé. Entretemps, le processus de tuerie de masse avait également été réorganisé et rationalisé. Au moment de la visite de Gerstein, le tri avait pris énormément de retard et des piles désordonnées d’effets personnels des victimes massacrées s’étendaient le long de la zone de réception et de tri. Samuel Willenberg, un survivant de Treblinka, arriva à cette période et constata que la « zone de tri débordait de piles géantes de vêtements ».

    Il fut affecté au nettoyage de la zone qui était « encombrée d’un bout à l’autre, avec des montagnes de chaussures et des amas épars de vêtements et de bagages. Ils atteignaient parfois une hauteur d’environ 10 mètres (33 pieds) ».[7]

    De toute évidence, Gerstein n’était pas très bon dans l’estimation de la hauteur de ces amas. Cependant, il est clair que les piles de vêtements et d’effets personnels étaient très hautes. Il ressort de son troisième rapport que même Gerstein a remis en cause ses premiers chiffres concernant la hauteur estimée de ces tas.

    Photo Credit: United States Holocaust Memorial Museum, courtesy of National Archives and Records Administration, College Park
     Crédit photo : United States Holocaust Memorial Museum, avec l’aimable autorisation de National Archives and Records Administration, College Park

    Gerstein estima le nombre de Juifs tués dans les chambres à gaz des camps de l’opération Reinhard entre 20 000 000 et 25 000 000, un chiffre tout simplement absurde.

    Gerstein est plus crédible et cohérent lorsqu’il décrit ce qu’il vit de ses propres yeux. Cependant, lorsque Gerstein spécule et propage des rumeurs qu’il a entendues, l’exactitude de ses propos en pâtit de façon significative.

    En ce qui concerne le nombre de Juifs tués dans les camps de l’opération Reinhard, Gerstein a pris pour argent comptant les chiffres d’Odilo Globocnik, le responsable du programme d’extermination, qui lui a dit que 11 000 Juifs étaient tués chaque jour à Belzec, 25 000 à Treblinka et 20 000 à Sobibor. Nous savons que ces chiffres sont faux, il est donc clair que Globocnik se vantait auprès du représentant du gouvernement à Berlin à propos de ses prouesses, espérant probablement que Gerstein retourne à Berlin auréolé de gloire pour son opération.

    Gerstein pensait également que les camps avaient fonctionné plus longtemps qu’ils ne l’avaient fait. En réalité, les massacres perpétrés dans les trois camps avaient pris fin depuis bien longtemps à la fin de l’année 1942 et au milieu de l’année 1943, la plupart des corps avaient été incinérés, les cendres enterrées et les camps rasés.

    Les études sérieuses les plus récentes indiquent qu’environ 1 400 000 Juifs furent tués dans ces trois camps.[8] Les estimations de Gerstein sont uniquement des hypothèses. Elles ne prétendent pas constituer des preuves, tout comme elles n’invalident pas de manière substantielle les détails et l’étendue des massacres perpétrés dans ces trois camps.

    Conclusion :

    Le rapport Gerstein n’est pas parfait. Il contient beaucoup de petites erreurs et d’hypothèses, basées notamment sur les dires d’autres personnes. Ces erreurs et spéculations ne discréditent pas la totalité du rapport. Le récit de Gerstein était cohérent dans toutes les versions du rapport en ce qui concerne la description des camps et le gazage de masse.

    NOTES

    [1] Robert A. Hall, Jr., étude de Carlo Mattogno, Il Rapporto Gerstein: Anatomia di un Falso (Le rapport Gerstein : anatomie d’une fraude) à l’adresse http://www.ihr.org/jhr/v07/v07p115_Hall.html. Voir également le livre de C. Mattogno en italien, pp. 79-84. C. Mattogno écrit : « La ‘testimonianza’di Kurt Gerstein è dunque un coacervo di assurdità contraddizioni interne ed esterne, falsificazioni storiche, contraddizioni rispetto alla storiografia sterminazionista, errori di ogni sorta, esagerazioni enormi, inverosimiglianze […] » après quoi s’ensuit une liste de 103 mensonges, contradictions, exagérations et erreurs. C. Mattogno conclut : « La ‘testimonianza oculare’ di Kurt Gerstein è dunque assolutamente inattendibile ».

    [2] Les trois rapports peuvent être trouvés traduits ou dans leur forme d’origine dans Henri Roques, The ‘Confessions’ of Kurt Gerstein (Institute for Historical Review, 1989). Rapport 1 (Français, écrit à la main, daté du 26 avril 1945) : traduction, pp. 19-27, original en français, pp. 210-221 ; rapport 2 (Français, dactylographié, daté du 26 avril 1945) : traduction, pp. 27-36, original en français, pp. 222-228 ; rapport 3 (Allemand, dactylographié, daté du 4 mai 1945): traduction, pp. 73-89, original en allemand, pp. 229-246.

    [3] Rapport 3 (Allemand, dactylographié, 4 mai 1945).

    [4] Rapport 3 (Allemand, dactylographié, 4 mai 1945).

    [5] « One Third of the Holocaust » à l’adresse http://www.youtube.com/watch?v=taIaG8b2u8I à environ 03 h 37 minutes.

    [6] Provan s’inquiétait du fait que personne ne le croirait, ce pour quoi il prit des photos. Vous pouvez consulter l’étude, intitulée « Kurt Gerstein and the Capacity of the Gas Chamber at Belzec », et voir les photographies à l’adresse http://holocaust.skeptik.net/documents/provan_gerstein.html.

    [7] Samuel Willenberg, Surviving Treblinka, édité par Wladyslaw T. Bartoszewski (Basic Blackwell Ltd, 1989), pp. 49, 79.

    [8] Jonathan Harrison, Robert Muehlenkamp, Jason Myers, Sergey Romanov et Nicholas Terry, Belzec, Sobibor, Treblinka: Holocaust Denial and Operation Reinhard. A Critique of the Falsehoods of Mattogno, Graf and Kues, p. 382 (fn 1) à l’adresse http://holocaustcontroversies.blogspot.com/2011/12/belzec-sobibor-treblinka-holocaust.html.