• Search

    Nuit de cristal : l’autorisation d’Hitler

    Ce contenu est également disponible en : English Español

    Comment sait-on qu’Adolf Hitler a autorisé le pogrom de la Nuit de cristal ?

    Afin d’innocenter Adolf Hitler, de nombreux négationnistes de la Shoah affirment que :

    Adolf Hitler n’était pas au courant et n’a pas autorisé le pogrom de la Nuit de cristal. Le négationniste de la Shoah David Irving affirme que Josef Goebbels, le ministre de la Propagande, a lancé le pogrom sans la connaissance ou la permission d’Hitler.[1]

    Les faits sont les suivants :

    Les preuves disponibles montrent qu’Adolf Hitler était au courant et a autorisé le pogrom de la Nuit de cristal. En début de soirée, le 9 novembre 1938, Josef Goebbels a informé Hitler des premières agitations dues au pogrom généralisé. Hitler a donné son autorisation pour que la violence de la Nuit de cristal se poursuive, et soit même accrue.

    Les faits sur la connaissance d’Hitler et son autorisation de la Nuit de cristal sont les suivants :

    Le diplomate allemand Ernst vom Rath a été assassiné par un adolescent juif à Paris le 9 novembre 1938. Vom Rath est mort à 17 h 30. Au début de la soirée, plusieurs cas de violence antisémite avaient déjà lieu en Allemagne. Josef Goebbels, le ministre nazi de la Propagande, a été informé que des troubles avaient éclaté à deux endroits en Allemagne. Hitler et Goebbels ont discuté de ces incidents avant d’aller à un dîner ensemble à l’ancien hôtel de ville de Munich. Plusieurs témoins oculaires ont rapporté que Goebbels et Hitler ont eu une discussion intense ensemble au dîner ce soir-là. L’entrée du journal de Goebbels pour ce jour-là disait : « je me rends à la réception de la fête dans l’ancien hôtel de ville. Foule immense. J’informe le Führer sur la question. Il ordonne : laissez les manifestations continuer. Rappelez la police. Pour une fois, les Juifs doivent ressentir la fureur du peuple. Ce n’est que justice ».[2] Hitler quitta le dîner vers 21 h 00, permettant étrangement à Goebbels de donner le discours qu’Hitler lui-même avait donné pendant les cinq années précédentes. Le rapport de la Cour suprême du parti nazi, tenu après le pogrom, a déclaré que Goebbels a donné un discours vibrant dans lequel il a informé les gauleiters (chefs de district du parti) du désordre déjà en éruption dans certaines parties de l’Allemagne. Les personnes présentes se souvenaient que Goebbels avait mentionné l’approbation de cette violence par Hitler, y compris la violence future contre les Juifs : « lors de notre réunion, le Führer a décidé » que les futures démonstrations de violence ne devraient pas être stoppées.[3] Les gauleiters présents à la réunion ont compris leurs ordres ainsi : « le parti ne doit pas apparaître au monde extérieur comme l’initiateur des manifestations, mais devrait en réalité les organiser et les réaliser ».[4] Après le discours de Goebbels, ils se sont précipités vers les téléphones et ont donné l’ordre à leurs subalternes à travers l’Allemagne d’inciter et/ou d’encourager directement la violence.

    Berlin, 1933. Bundesarchiv, Bild 102-03016 / CC-BY-SA 3.0 [CC BY-SA 3.0 de (http://creativecommons.org/licenses/by-sa/3.0/de/deed.en)], via Wikimedia Commons.
    Bundesarchiv, Bild 102-03016 / CC-BY-SA 3.0 [CC BY-SA 3.0 de (http://creativecommons.org/licenses/by-sa/3.0/de/deed.en)], via Wikimedia Commons

    Conclusion :

    Contrairement aux affirmations des négationnistes de la Shoah, Adolf Hitler avait connaissance et avait autorisé le pogrom de la Nuit de cristal. Des universitaires réputés affirment que les preuves indiquent la conclusion suivante : Goebbels a pleinement informé Hitler des perturbations antisémites du début de soirée du 9 novembre 1938 ; pendant son dîner avec Goebbels, Hitler a autorisé l’expansion des activités de pogrom. Ces activités ont été organisées et encouragées par la SA (et ses Sturmtruppen) et la SS. Hitler a quitté le dîner pour que la communauté internationale ne puisse pas le tenir directement responsable de la destruction et de la violence qui en découlent. Avec la bénédiction d’Hitler, Goebbels a donné le discours d’Hitler pour lui, incitant les gauleiters à agir. Ils ont mis le plan en œuvre rapidement après son discours.

    NOTES

    [1] Richard J. Evans, David Irving, Hitler and Holocaust Denial, Section (4)(4.3)(c)(ii)(A)(2) à l’adresse www.hdot.org, « Expert Witness Reports ».

    [2] Diary entry of Josef Goebbels, 9 novembre 1938, tel que cité dans Richard J. Evans, David Irving, Hitler and Holocaust Denial, Section (4)(4.3)(c)(ii)(A)(3-5).

    [3] Richard J. Evans, David Irving, Hitler and Holocaust Denial, Section (4)(4.3)(c)(ii)(B)(5).

    [4] Richard J. Evans, David Irving, Hitler and Holocaust Denial, Section (4)(4.3)(c)(ii)(C)(3).