• Search

    Crémations de masse de l’opération Reinhard : suffisamment de place pour les cendres

    Ce contenu est également disponible en : English Español

    Les cendres résultant des crémations de masse pouvaient-elles rentrer dans les charniers des camps d’extermination de l’opération Reinhard ?

    Les négationnistes de la Shoah affirment que :

    Au camp d’extermination de l’opération Reinhard de Belzec, la quantité de cendres humaines et de cendres de bois générée par la crémation de 600 000 cadavres ne pouvait pas entrer dans les charniers. Ces cendres auraient rempli les charniers en laissant un surplus dont le volume équivaudrait à « 60 wagons de fret ferroviaire ». Les nazis n’ont pas tué autant de victimes aux camps d’extermination de l’opération Reinhard.[1]

    Par exemple, Carlo Mattogno, un négationniste italien de la Shoah, affirme que, d’après ses calculs, il y avait trop de cendres de bois et de cendres humaines résultant des crémations de masse pour qu’elles puissent être réenterrées dans les charniers. Selon C. Mattogno, cela prouve que Belzec était un « camp de transit » pour les Juifs déportés plus à l’Est, et non un camp d’extermination.[2]

    Les faits sont les suivants :

    L’affirmation des négationnistes de la Shoah est inexacte. Ils présupposent le poids des corps et la quantité de bois nécessaire à la crémation, mais leurs chiffres ne sont pas réalistes. En incluant des chiffres plus réalistes, il y avait bien assez d’espace pour l’inhumation des cendres. 

    Comment le négationniste de la Shoah Carlo Mattogno arrive-t-il à ses chiffres ?

    Tout d’abord, C. Mattogno utilise 46 kilogrammes comme poids d’un corps moyen. Cela, multiplié par 600 000 corps, le fait arriver au chiffre de 1 350 tonnes de cendres humaines, avec un volume de 2 560 mètres cubes.

    Deuxièmement, C. Mattogno prétend que les 96 000 tonnes de bois auraient créé 7 680 tonnes de cendres de bois, avec un volume de 22 600 mètres cubes. Le volume total de cendres est donc de 25 300 mètres cubes (2 700 + 22 600).

    Les estimations d’Andrzej Kola quant aux chiffres des charniers :

    Andrzej Kola est un archéologue qui a fouillé le camp de Belzec de 1997 à 1999. Il a constaté que les fosses avaient un volume de 15 840 mètres cubes et, par conséquent, qu’il y aurait eu environ 6 760 mètres cubes de surplus de cendres.

    À quel point les chiffres de C. Mattogno sont-ils donc erronés ? Les chiffres de C. Mattogno pour le poids total des restes humains et le poids total du bois sont beaucoup trop élevés. Son chiffre pour le poids moyen d’un corps était de 45 kilogrammes. Cependant, le poids moyen réel d’un corps était de 25 kilogrammes. Les chiffres surestimés de C. Mattogno pour le poids corporel moyen sont presque le double d’une moyenne plus réaliste. De même, le montant total réel de bois requis était environ 6 fois inférieur à la quantité que C. Mattogno avait calculée. Le rapport était plus proche de 1 kilogramme de bois pour 1 kilogramme de restes (un rapport de 1:1).

    Chiffres réalistes pour les utilisations de bois à Belzec :

    En utilisant des chiffres plus réalistes pour les incinérations de masse à Belzec, la quantité totale de cendres produite était plus proche de 1 500 mètres cubes de cendres humaines et 3 530 mètres cubes de cendres de bois. Il s’agit d’un total de 5 030 mètres cubes de cendres, ce qui représente 32% du volume total connu des charniers.

    Même une augmentation arbitraire des chiffres réalistes, juste pour le plaisir de la discussion, ne parviendrait pas à utiliser jusqu’à 100% du volume des charniers. Accroître le poids corporel moyen à 35 kilogrammes et augmenter le rapport entre le bois et 1 kilogramme de masse corporelle humaine (un ratio de 2 :1 au lieu de 1 :1) produirait un total de 9 760 mètres cubes de cendres : 61% du volume total disponible dans les charniers.

    Rappelons aussi que le chiffre de 15 840 mètres cubes est le volume minimal des charniers, puisque deux des plus grandes fosses s’étendent en dehors de la zone actuelle du camp (sur des terres privées) et n’ont pas pu être mesurées.

    Wood Ash
    Par Laurentius (travail personnel) [CC BY-SA 3.0 (http://creativecommons.org/licenses/by-sa/3.0)], via Wikimedia Commons

    Ce que nous savons sur l’élimination des cendres aux camps de l’opération Reinhard :

    Nous avons des informations sur la gestion des cendres dans les trois camps d’extermination de l’opération Reinhard. Chil Rajchman (également connu sous le nom de Henryk Reichman), qui a travaillé dans le camp d’extermination de Treblinka, en témoigna : « Une mince couche de cendres était versée dans les fosses profondes depuis lesquelles les cadavres avaient été exhumés, puis sur le dessus de cette couche, une autre, de sable et peu profonde, était ajoutée ; et ainsi de suite jusqu’à ce qu’ils eussent atteint un niveau d’environ 2 mètres sous la surface. Les deux derniers mètres étaient remplis seulement avec du sable. De cette façon, ils espéraient effacer à jamais les traces de leur horrible crime […] Les transporteurs qui avaient livré les cendres et le sable du matin jusqu’au soir tassaient fermement la surface avec leurs pieds ».[3]

    Conclusion :

    Les calculs de C. Mattogno relatifs au poids corporel moyen et à la quantité de bois ne correspondent pas à la réalité. Parce que ses chiffres sont grossièrement gonflés, ses conclusions sur la quantité de bois et de cendres humaines produites sont invalides. En utilisant des chiffres plus réalistes, on constate qu’il y avait bien assez d’espace pour enterrer les cendres produites par les crémations de masse.

    NOTES

    [1] Carlo Mattogno, Belzec in Propaganda, Testimonies, Archeological Research, and History (Theses & Dissertations Press, 2004), p. 86 à l’adresse http://vho.org/dl/ENG/b.pdf.

    [2] Carlo Mattogno, Belzec in Propaganda, Testimonies, Archeological Research, and History, p. 108.

    [3] Chil Rajchman, The Last Jew of Treblinka: A Survivor’s Memory 1942-1943, traduit du yiddish par Solon Beinfeld (Pegasus Books, 2009), p. 78.